Elise Llinares vit et travaille à Paris comme photojournaliste et photographe documentaire.

Membre du Studio Hans Lucas et de la SCAM.


Après des études d’Histoire à la Sorbonne et un CAPES d’histoire-géographie, elle enseigne pendant une quinzaine d’années dans les lycées parisiens. En 2013, elle décide de changer son rapport à l’histoire et devient photojournaliste grâce à une reconversion à l’École des Métiers de l’Information. 

En 2015, elle entame une collaboration avec Le Papotin, journal fait par des autistes à destination de tous. Les autistes, rédacteurs de ce magazine annuel atypique, organisent des interviews de personnalités allant du cinéma à la politique, de la météo à la doublure-voix, de la philosophie à la musique. Elle fait les reportages des interviews et les portraits des invités. Elle a ainsi eu l’occasion de photographier Nicolas Sarkozy, Claire Chazal, Laila Bekhti, Vincent Cassel, Raphaël Enthoven, Gilles Lellouche...

A côté de ce travail de photojournalisme, elle développe une démarche personnelle documentaire, croisant photographie et écriture, pour mener une réflexion sur l'exil et la mémoire dans les villes du sud méditerranéen, à Tel Aviv-Jaffa, Marseille, autour de l'étang de Berre. Son travail d’investigation est nourri de sa formation d'historienne et de sa collaboration avec Michel Peraldi, anthropologue et sociologue, directeur de recherche au CNRS-EHESS. 

En 2018, elle rejoint le Studio Hans Lucas, et la même année cofonde les éditions D’une rive à l’autre dont la ligne éditoriale est de croiser le regard d’un photographe et l’analyse d’un auteur venu des sciences humaines : Littoral Marseille, livre construit autour de ses images et d’un texte de Michel Peraldi, parait en 2019. En 2021, elle reçoit la bourse de soutien à la photographie documentaire contemporaine du CNAP pour le projet Photographies de la catastrophe, sur l’étang de Berre, qui sera publié chez Arnaud Bizalion éditeur. Elle prépare La mémoire des vaincus avec Dominique Vidal, historien et ancien journaliste du Monde diplomatique.

Son travail documentaire a été présenté dans des festivals et des expositions en France et à l’étranger (Photo Doc., Photo Marseille, The Telos Society à Athènes, Mediterraneo fotografie à Naples, Face à la mer à Tanger…). Il a notamment été récompensé par la mention spéciale du prix Photo Doc., le 2è prix du Champ des Impossibles (Christine Ollier et Patrick Bard), et a été finaliste du prix Mentor de la SCAM. Son travail pour le Papotin devait être exposé en 2020 à la galerie Fait et Cause (exposition reportée pour cause de covid 19).


Principales expositions.

Le Papotin, Galerie Fait & Cause, Paris (30 sept-30 oct 2020 reporté en avril 2021).

Littoral Marseille, The ΤΕΛΟΣ Society, Athènes (nov 2020)

Littoral Marseille, L'inventaire, photographies, fonds photographique (oct 2020)

Littoral Marseille, Mediterraneo fotografie, Castel dell’ovo, Naples (15 nov-16 déc 2019).

Littoral Marseille, Galerie Le Pangolin, Festival Photo Marseille (16 nov-1er déc 2019).

Littoral Marseille, Nuits photographiques de Pierrevert (25-28 juillet 2019).

Nishar// Jaffa, Photo Doc., Paris (10- 12 mai 2019).

Nishar// Jaffa, Face à la mer, Tanger (1- 5 mai 2019).

Nishar// Jaffa, finaliste des Boutographies, Montpellier (nov 2018).

Nishar//Jaffa, finaliste du prix Mentor, Arles (juillet 2018).


Publications.

Le Papotin, à partir du n° 35

Littoral Marseille, aux éditions d'une rive à l'autre.

    critique de Fabien Ribéry ici

     interview de France Fine Art ici




Using Format